ES3

Issus des classes populaires nous concevons l’art comme un vecteur d’émancipation intellectuelle, esthétique et sensorielle.
Enfants de la publicité, de la télévision, des clips et des séries télévisées, de la musique pop et des concerts, des jeux vidéos, d’internet et de la bande dessinée, nous entendons mettre cet héritage au service d’une dramaturgie multiple. Aussi bien influencés par Beyoncé que par Proust, nous pensons que ce mélange est une richesse à mettre sur le plateau, une combinaison nécessaire parce que supposée contradictoire.

Nous voulons parler d’humains et de monstres. Ce monstre en nous, qu’il nous faut connaître puis apprivoiser. Ces humains qui tentent tant bien que mal de vivre ensemble, qui se reniflent souvent, se lèchent parfois, se griffent, se mordent et s’entretuent.
C’est pour cela que nous abordons des thématiques qui sont souvent nos propres tabous ou démons : nous nous interrogeons sur le pouvoir, la peur de l’autre, la sexualité, le genre, l’aliénation, les comportements dits déviants, en marge ou anormaux.
Pour cela, la matière peut aussi bien être un texte du répertoire qu’un roman ou un essai ou encore un scénario de film.

ES3-THEATRE c’est aussi la volonté de mettre en œuvre sa pensée en dehors du plateau, en pensant la périphérie des spectacles.
Ainsi, nous proposons, par exemple, des free dancefloor à l’issue des représentations, un moment festif, une playslit en relation avec les thématiques du spectacle et disponible par la suite sur Deezer et Spotify. Un moment en suspension pour envisager différemment l’après-spectacle.
Mais aussi en développant une stratégie autour des réseaux sociaux afin d’en faire un outil de communication et de réflexion au service des thématiques défendues par la compagnie. Ainsi, nous sommes présents sur Twitter, Spotify, Deezer, Instagram, Senscritique, Youtube ou Tumblr…

Publicités