DIONYSOS

TEXTES
Les Bacchantes & Hippolyte Euripide
Dialogue des dieux Lucien de Samosate
Les métamorphoses Ovide

AVEC
Grégory FERNANDES
Sidney Ali MEHELLEB
Marie QUIQUEMPOIS

ÉCRITURE, TRADUCTION & DRAMATURGIE Aurélien PULICE
ADAPTATION & MISE EN SCÈNE Matthieu DANDREAU
SCÉNOGRAPHIE & COSTUMES Clémentine STAB
CHORÉGRAPHIE Efi FARMAKI
LUMIÈRE Germain FOURVEL
VIDÉO DING Dawei
SON Robin LAPORTE


Dionysos arrive dans la cité de Thèbes. Il est le fils de Zeus et Sémélé, et, enfant du pays, il vient laver l’honneur de sa mère.
La famille royale, sa propre famille, l’a accusée de moeurs légères : Dionysos ne serait qu’un bâtard, le fruit d’amours humaines perpétrées dans l’ombre au sein d’une relation coupable. Sémélé une catin, Dionysos n’est pas dieu.
La famille doit payer cet affront. Le dieu a tout prévu. Dionysos apporte avec lui une religion nouvelle, une religion pour tous, mais une religion qui fait peur car elle s’impose dans la cité comme une épidémie soudaine : toutes les femmes ont été rendues folles. Elles dansent dans les montagnes. Les hommes sont impuissants.
Le vin, l’ivresse, la folie, la danse et, en définitive, l’abolition de l’ordre établi que le nouveau culte génère sont autant d’abominations pour le jeune roi Penthée qui se lance alors dans un combat à mort avec un dieu, son cousin, dont il refuse de voir la vraie nature.

La pièce raconte la rencontre de l’humain avec le divin, c’est le combat des frères ennemis, le choc de l’autochtone et de l’étranger, de l’ici et de l’ailleurs, du conformisme et de la liberté.



// DOSSIER ARTISTIQUE //

Publicités